J’ai découvert Les Gouttes de Dieu il y a peu, grâce à un caviste marseillais bientôt réputé.

« – Quoi ? Un manga sur le vin ? Pfff, ça me dit rien du tout, ça doit être naze…

– Pas du tout, Tanessa, essaie. Je suis sûr que ça te plaira, a-t-il répondu (avé l’accent). »

Et me voilà partie à la biblio, et chance extraordinaire, personne n’avait emprunté le tome 1. Et depuis… j’enchaîne, j’enchaîne…

Ca faisait un bout de temps que je n’avais pas lu un manga et celui-là est vraiment à découvrir.

L’histoire : Yutaka Kanzaki est un éminent et respecté oenologue. A sa mort, son testament stipule que sa fabuleuse collection de vins reviendra à l’une des personnes ayant réussi à identifier douze excellents vins, les douze apôtres, ainsi qu’un treizième, appelé « Les gouttes de Dieu »

Son fils Shizuku (qui s’y connait autant en vin que moi en astrophysique) se retrouve alors en compétition avec le mystérieux Issei Tomine, froid et calculateur, qui aurait été adopté par Yutaka peu avant sa mort…

Shizuku est accompagné d’une chouette fille, Miyabi, une jeune sommelière qui lui permet de se familiariser avec le vin. Mais Miyabi est vite impressionnée par Shizuku qui a une mémoire sensationnelle de chaque vin goûté et un palais digne d’un grand oenologue.

Dans chaque volume on trouve également plein d’infos sympa sur le vin, les producteurs (car en plus Shizuku est un fan de vins français: Cocorico !), les cépages…

Le tout est plutôt bien construit. On retrouve le schéma classique d’opposition des personnages principaux mais qui fonctionne vraiment bien : Shizuku manque d’expérience mais il est généreux et spontané alors que Issei Tomine est distant et ambitieux.

Pour info, le manga a été élu « Meilleur livre du monde sur les vins » lors du Gourmand World Cookbook Awards en 2009.

#Les gouttes de Dieu, Tadashi Agi / Shu Okimoto, Glénat, 2008 (maintenant vous comprenez mieux le titre de l’article…).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here