Alors que la France tombe dans les températures négatives, je me permets de cocooner sur mon canapé.

Au puis, au détour de plusieurs sites, j’ai découvert Garakowa, restore the world.

affiche garakowa

Garokawa : un plot twist plutôt simple

Dans un monde constitué d’une multitude de dimensions, toutes peuplées par d’innombrables créatures, Dual et Dorothy ont pour mission d’éradiquer les virus qui menacent chacun de ces espaces. Et la règle est simple : tout monde infecté doit être systématiquement détruit.

Nous suivons donc Dual et Dorothy (Norton et Kaspersky) deux programmes antivirus faisant leurs travail dans un monde numérique, occupants leurs temps libre avec la rivalité amicale qui existe en elles. Jusqu’au jour ou elles découvrent Remo, un programme énigmatique perdu dans leur univers. Les trois jeunes filles partent donc en quête pour découvrir les fonctions et résoudre les mystères de leur nouvelle amie.

Garakowa : mise a jour de la base virale

Sorti en 2016 sous la direction de Masashi ishihama (bleach, belzebub…) l’OAV voit le jour grâce au projet D.Backup qui avait remporté le prix Animeka Taisho en 2013. Les personnages ont des traits plutôt simple contrairement aux background qui eux sont très détailles et travaillés. Le mélange crée un visuel très agréable. l’histoire ne perd pas en rythme, les 67 minutes du film passent assez rapidement. On en redemanderait presque.

L’intrigue elle aussi est soignée. Tout viens vite a tourner autour du personnage de Remo programme énigmatique donc, qui ne cherche qu’à retourner au champ de fleur ou elle est née. Les différentes personnalités des antagonistes respectent les codes des triptyques caractériels. Remo est réservée et parait faible alors que Dual est complétement introvertie voire taciturne et Dorothy extravertie au possible faisant office de comic relief.

Garakowa : mise a jour de la base virale

Coté musique on retrouve beaucoup de sonorités calmes au piano, ce qui donne plus d’impact au climat poétique du film. Certaines musiques sont aussi doublées de jpop pour le rythme. Le tout créant un mélange équilibré.

Au final on se retrouve donc avec un Oav très agréable a regarder, qui traite et de l’amitié, et donne une vue intéressante de la vie des programmes. Un très beau moment visuel a découvrir !